Abonnez vous à la lettre d'informations

Détection de l'apron par l'ADN environnemental : des tests prometteurs

Dans un cours d’eau, les poissons laissent pendant un certain temps des traces de leur présence, par leur ADN provenant du mucus, des fèces, des urines… Pour essayer de détecter leur présence, un protocole expérimental a été mis en place en 2012 et 2013, pour procéder à une première série de tests contrôlés avec des aprons encagés issus de reproduction artificielle. Les tests effectués sur un ruisseau et un cours d'eau de calibre moyen ont permis de tester la faisabilité de la méthode. Ils ont révélé, entre autres, que l’apron se détecte mieux de nuit que de jour et que la détection est meilleure avec des pompages à 50 mètres, sur les cours d’eau de calibre moyen.

En 2014, la mise au point de la méthode d'échantillonnage devrait se poursuivre par la poursuite des tests. Affaire à suivre!

A lire dans l'espace documentation